samedi 19 février 2011

A ( Bloody ) cold night at the Museum

Chères lectrices, chers lecteurs, voici le compte - rendu ( enfin ) de la nocturne s'étant déroulée au Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire.

Jeudi 2 décembre 2010.

Il doit être entre 15h45 et 16h, lorsque j'arrive à Bruxelles. La ville est revêtue d'un manteau blanc, qui a le mérite de la " nettoyer ". Le parc du Cinquantenaire semble s'être métamorphosé en paysage lunaire.

Le Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire organise une nocturne, au cours de laquelle sera célébré le centième anniversaire du Musée. Cette soirée permettra aussi de présenter, officiellement, le Mirage F1C.

Avec mon gros sac à dos, et ma tenue ( sous protection ) sur le bras, je me présente à l'accueil. Le préposé, me connaissant de vue, m'autorise à entrer avec mes affaires. Sachant que j'allais me " déguiser ", il me prévient que je devrais me protéger contre le froid, vu que la Section Air & Espace n'est pas du tout chauffée.

Entrant par le côté réservé à la Marine, j'aperçois Michele Moscatelli, un des bénévoles de la Section Air & Espace. Venant aux nouvelles, il me dit avoir bien reçu mon SMS. " Mais de quoi veut - il parler ", vous demandez - vous? Vous le saurez lors de ma prochaine publication. Pour en revenir à nos moutons, je pars me changer. En chemin, je rencontre Yves Duwelz, un autre bénévole. " J'espère que tu as apporté la version Stalingrad de ta tenue! ", me dit - il.

Le bureau où travaille André Bar est fermé. Je me résous à me changer dans la salle de réunion, qui sert également de réfectoire. Ce qui ne veut pas dire que le lieu soit discret, loin de là! Une baie vitrée donne une vue imprenable sur l'ensemble du hangar... Mais bon, j'étais toujours eu un petit côté exhibitionniste!!!

Fin prêt, je descend et range mes sacs dans le bureau de Luc Liévin, un des membres de la Section Air & Espace. Sur mon chemin, je retrouve Yves Duwelz qui ne manque pas l'occasion de me photographier. En me promenant, j'espère voir André Bar. Malheureusement, les conditions météorologiques laissent présager qu'il ne pourra quitter le fin fond de la province de Liège ( l'avenir me le confirmera ).

Regardant à gauche et à droite, j'aperçois un groupe de trois ou quatre reconstituants. L'un d'entre - eux est déguisé en fantassin allemand. En l'observant un peu plus assidument, je me rends compte qu'il porte une tenue de la Première Guerre Mondiale. Après quelques minutes d'errance, je commence à " mitrailler ". Mon premier sujet est le Mirage.

Exposants photographiés devant le Mirage F1C.

L'un des deux exposants ( celui de droite, sur la photo ) me tend son appareil et me demande si je peux les prendre, son collègue et lui, en photo. Après mettre acquitté de la tâche, il me remercie et je continue ma route.


Juste en face du stand réservé au F - 16 se trouve celui de Sabena Technics, société belge appartenant au groupe français TAT Industries. M'entretenant avec le préposé, je lui explique que mon père travaille pour Sabena Technics. D'après ces dires, il connaît mon père. Néanmoins, ils ne se rencontrent qu'épisodiquement, puisque son département ne s'occupe que de l'entretien des C - 130 " Hercules ".

Stand de Sabena Technics.

Espace réservé au F - 16.

En photographiant le F - 16, une jeune femme me demande si je souhaite être pris en photo devant l'appareil. Ne trouvant pas cela nécessaire, je décline gentiment son offre. Peu après, je suis interpellé par l'un des exposants du stand du F - 16. Ce dernier, en treillis belge, me demande où j'ai acheté mon uniforme. Je lui explique que, dans l'ensemble, j'ai acheté les différentes pièces sur deux sites internet, dont les magasins se trouvent aux Etat - Unis* ( achetées aux Etats - Unis mais, manufacturées au Pakistan ). Je précise que les couronnes du grade ( trouvé sur Ebay au Royaume - Uni ), l'insigne du calot, ( trouvé à la bourse militaire de Wavre ) le ceinturon et son attirail ( trouvés sur internet* ) sont d'origines.

Très sympathique, nous commençons à discuter de reconstitutions et autre. Nicolas Dellisse ( c'est son identité ) est premier sergent au sein de la Composante Air. Il m'explique qu'il a plusieurs tenues de la R.A.F. ( Seconde Guerre Mondiale ) mais que, vu son emploi du temps très chargé, il n'a plus trop le temps de les porter ( il revenait, notamment, d'une mission en Afghanistan ). Notre discussion nous amène vers l'agencement du Musée. Tout comme moi, il déplore le fait que les bénévoles ont d'excellentes idées pour le ré - agencement, mais que la direction ne les écoute pas ( où leurs met des bâtons dans les roues ).

Parlant des anciens de la R.A.F. que j'ai rencontré, Nicolas m'apprend qu'il a eu l'occasion de rencontré Edouard Goossens ( voir publication du mardi 22 juin 2010 ). Nous en venons à parler de la bande dessinée. Lui expliquant que je suis dessinateur - illustrateur, il commence à me raconter l'histoire qu'il a écrit. Un scénario très intéressant et, je dirais même plus : passionnant. Bien entendu, il serait ravi si un dessinateur tel que Romain Hugault* pouvait accepter d'illustrer son projet!!!!!!!! J'en viens à lui parler de mon projet de bande dessinée. Je lui explique, par la même occasion, que je travaille en relation avec un documentaliste, bénévole à la Section Air & Espace. De ce fait, si il a besoin de documentation, il sait à qui s'adresser.

Prenant congé de mon interlocuteur, je continue ma promenade.

Simulateur de vol.

Groupe de fusiliers marins.

Je pars faire un tour dans la salle d'exposition sur la Première Guerre Mondiale. Quel changement!!!!!!! Il y a du chauffage!!!!!!! Malgré mes gants de pilote, mes pauvres doigts sont engourdis. Après un petit moment, je retourne sur mes pas.

Mannequins en tenue de vol.

Vue trois quarts avant gauche du Mirage.

Stand du F - 16.

Une annonce est faite pour prévenir qu'une séance de tir va se dérouler devant le Musée. Ne voulant pas la rater, je retourne dans le hall principal. Les curieux et les groupes organisés ne manquent pas. Des enfants, accompagnés de leurs parents, sont aussi présents. Ils viennent, principalement, pour voir Saint - Nicolas.

Petit jeu didactique.

Près du bar, j'aperçois Eric Dessouroux, Yves Duwelz et un autre bénévole. Allant discuter avec eux, Eric me demande si André va venir. Vu la situation, nous nous disons qu'il n'a pu effectuer le déplacement. Yves me demande si j'ai reçu des tickets pour les boissons. N'étant pas au courant, je lui réponds par la négative. Me voilà avec deux tickets, dont un utilisable au bar juste à côté. Avant de partir, Yves me lâche avec humour : " Et attention aux W.A.A.F.! ". Je souris.

Reconstituants.

Bien que n'étant pas un grand buveur, je ne me refuse pas une petite " Blanche de Hoegaarden ". A Bruxelles, elle se boit comme du p'tit lait ( surtout si elle est servie au fût )! Assis à une table, je suis rejoins par la jeune femme, qui m'avait demandé si je voulais être photographié devant le F - 16. Cette dernière me demande quel personnage je représente. Je lui explique que ma tenue est celle d'un pilote sud - africain, engagé dans la R.A.F. ( période 1942 - 1945 ). Décidément, je suis toujours surpris que, lorsque je porte mon uniforme, j'attire du monde!

Parisienne, elle m'apprend qu'elle est Belgo - Française. Nous en arrivons à parler de Paris, où je m'étais rendu avec deux amis durant une semaine, lorsque j'avais 17 ans. Evoquant les lieux où j'étais passé ( Place de la Concorde, Avenue des Champs Elysées, Montmartre, la Tour Eiffel, le Louvre, Notre Dame de Paris, etc... ), je lui explique que ma plus grande déception, c'est de n'avoir pu voir l'intérieur du Musée du Louvre. A un moment donné, je vois passé un type portant le " Service Dress " de la R.A.F., avec le grade de Warrant Officer et les titres d'épaules " Belgium ". Tenue plutôt rare, surtout avec ce grade!!!! Malheureusement, j'étais trop occupé pour le photographier.

Lui parlant des évènements tragi - comiques survenus durant mon séjour, Stéphanie Rzad ( c'est son identité ) me raconte ce qui a changé à Paris. A ma demande, elle me passe son appareil - photo pour que je puisse visionner ses prises de vues faites au Musée. Un travail superbe, mêlant jeux de lumières et angles de vues recherchés. Voici quelques exemples :

Vues de l'un des trains d'atterrissage...
( collection Stéphanie Rzad )


... du Junkers 52,...
( collection Stéphanie Rzad )


... exposé aux lumières multicolores...
( collection Stéphanie Rzad )


... d'un spot.
( collection Stéphanie Rzad )


Parlant de mes origines et racines diverses, elle m'apprend qu'elle a, entre - autre, des racines italiennes. Nous nous quittons, après avoir échangé nos adresses E - mail.

Tableau représentant les rois successifs de Belgique.

Attendant l'heure de la séance de tir, je pars découvrir l'exposition " Belgians can do too ", retraçant l'histoire des soldats belges durant la guerre de Corée. Bien que ce ne soit pas ma période de prédilection, je suis agréablement surpris de voir la collection exposée. Une nouvelle annonce est faite pour la séance de tir. Ne souhaitant pas la rater, j'écourte ma visite.

Peloton de fusiliers marins...

... marchant au pas.

Malheureusement, lorsque je me présente à l'entrée du Musée, je ne vois personne ( Schei§ ). En désespoir de cause, je retourne à l'intérieur.


Mon retour dans le " réfrigérateur " ( la Section Air & Espace ) est marqué par ma rencontre avec la personnalité du moment : Saint - Nicolas!!! Me complimentant sur ma tenue de " caporal ", je le corrige, gentiment, en lui disant que je suis sergent - chef. J'ai même l'honneur de lui serrer la main!!!!! Rendez - vous compte, les enfants ( petits et grands ), j'ai pu toucher Saint - Nicolas!!!!!!!!!

Père Fouettard et Saint - Nicolas.

Lors d'un ( re ) passage par la salle d'exposition sur la Première Guerre Mondiale, je retombe sur le fantassin allemand ( cité plus haut ). D'une voix très posée, il explique, à son interlocuteur, le fonctionnement d'un canon au sein d'une batterie allemande.

Reconstituant, en tenue de fantassin allemand ( Première Guerre Mondiale ), expliquant à son interlocuteur la fonctionnement d'un canon.


Arrivé dans le hall principal, je rencontre un reconstituant, déguisé en garde civique. Ce dernier me dit qu'il me manque le " Wembley ", revolver porté par les pilotes de la R.A.F. Vu que je suis à la recherche d'un modèle " démilitarisé ", il me dit qu'il y a un magasin spécialisé, près du site de " Tour & Taxis " ( Bruxelles ).

Garde civique.

Le remerciant pour le renseignement, je retourne dans le " réfrigérateur ".


Là, je tombe sur Eric Dessouroux et Yves Duwelz, en pleine conversation devant le Mosquito.

Eric Dessouroux, devant son " bébé ", avec Yves Duwelz.

Yves s'absente quelques instants. Discutant avec Eric, je lui demande si il peut m'accorder une faveur. Cette dernière est de taille, puisque je souhaite être photographié, en tenue, avec le Spitfire Mk IX ( le rêve )!!! Eric accepte sans problème. Lui passant mon appareil, je commence par quelques pauses près de l'habitacle ( avec et sans flash ).

Flight Sergeant Mehdi Schneyders,...

... pilote sud - africain engagé dans la R.A.F.

Ensuite, nous faisons quelques prises de vues devant le nez.

" Photo de propagande. "

Pour terminer, je demande à Eric si je peux monter sur l'aile. Avec précaution, je pars à l'ascension de cette aile, qui est plutôt glissante!!! Eh oui, j'ai toujours un petit côté aventureux!!! Durant la séance, l'un ou l'autre passant s'arrête pour regarder. Une personne se demande si je ne suis pas un mannequin, prévu pour l'occasion.


Après avoir vérifié la qualité du travail, je tergiverse un peu. Prenant mon courage à deux mains, je bondis pour retrouver le plancher des vaches. Sauvé! Je ne me suis pas " viandé " la gueule!

Remerciant Eric pour ce cadeau, nous nous retrouvons devant le Mosquito. Là, je discute avec un monsieur assez âgé de Pierre Clostermann et de son livre : " Le Grand Cirque ". Ouvrage dont il faut relativiser l'importance, puisque 30% du contenu n'est que pure propagande. Peu après, je retrouve Philippe Deman, aperçu à deux reprises durant la soirée. Ce dernier est accompagné de Serge Bonge, qui s'occupe d'un site internet sur le 350 " Belgian " Squadron. Tous les deux sont des habitués de la Section Air & Espace.

Me saluant, Serge m'avoue qu'il ne m'a pas reconnu. Je peux le comprendre ( rires )! Il me montre un gros ouvrage sur une base de la R.A.F. durant la Seconde Guerre Mondiale. Une pure merveille dont Serge à le secret, si je puis dire. Feuilletant le livre, je reste en admiration devant les photos.

Philippe Deman et Serge Bonge.

Nous en venons à parler de certains aviateurs belges de la R.A.F. tel, Raymond " Cheval " Lallemant, Léopold Heimes, Gustave Rens, André Kicq, Robert François, etc... Philippe et Serge me racontent leurs nombreuses rencontres avec " Cheval " et Léopold Heimes. A un moment, nous parlons de l'As allemand qui a, réellement, abattu Robert " Bobby " Laumans, le 1 juin 1942 ( voir publication des 23 - 26 décembre 2009 et des 3 - 26 janvier 2010 ). Apparemment, ce serait Karl Borris.

Un bruit de moteur se fait entendre. Soudain, à notre droite, apparaît un char qui était exposé à l'extérieur. Philippe me dit qu'il faut filmer cela, étant donné que c'est une chose assez rare. Je dégaine, aussitôt, mon appareil.

video
Char en pleine manœuvre, à l'intérieur de la Section Air & Espace.


A un moment donné, j'ai entendu dire qu'il y avait plusieurs reconstituants à la cafétaria, dont un est déguisé en pilote de la South African Air Force ( S.A.A.F. ). Je tiens à voir cela de mes yeux.


En entrant dans la cafétaria, je tombe directement sur le groupe en question. Là, j'y retrouve le Warrant Officer, aperçu auparavant. Me mettant au garde - à - vous, je fais le salut britannique en disant : " Flight Sergeant Schneyders reporting, Sir! " Le pilote de la S.A.A.F., portant le grade de Captain ( capitaine pour les francophiles ), me salue. A ses côtés, se tient une dame portant l'uniforme des Women's Auxiliary Air Force ( W.A.A.F. ).

Un des membres du groupe, portant un béret, me charrie avec le mode de salut. Directement, je vais du côté du Captain. Une bière à la main, il me serre la main en se présentant :

  • Moi, c'est Mario.
  • Mehdi. Enchanté.

Mario me présente à sa compagne, Martine. Mes ailes et titres d'épaules sud - africains attirent son attention. Lui disant que je suis à moitié Sud - Africain, il est agréablement surpris. Il m'apprend qu'il a une connaissance, en Afrique du Sud, qui construit des piscines. Nous en venons à parler du pays, où il souhaiterait aller. Parlant de nos tenues respectives ( la sienne et celle de sa compagne sont d'époque ), nous discutons de reconstitutions et d'évènements en parallèle.

Ayant convoyé des œuvres d'art durant de nombreuses années, Mario s'occupe aujourd'hui en travaillant comme bûcheron. De son propre aveu, il n'a jamais été au chômage. A un moment, Mario me demande ce que je souhaite boire. Bien qu'ayant un ticket pour le bar, il décide de m'offrir ma Chimay Bleue. Décidément, je suis choyé!!! Je souhaite immortaliser ce moment qui est, au combien, grandiose. C'est - à - dire, voir un groupe de reconstituants avec des tenues de la R.A.F. et de la S.A.A.F. est très rare, surtout si je suis moi - même en tenue!!!!! Je demande au Warrant Officer si il peut nous photographier. Voici le résultat.

De gauche à droite :

Captain Mario, pilote au sein de la S.A.A.F., Flight Sergeant Mehdi Schneyders, pilote sud - africain au sein de la R.A.F. et Section Officer Martine, membre des W.A.A.F.


De mon côté, je profite de la situation, comme vous pouvez le constater!

Vue du Warrant Officer, aperçu auparavant dans le hall principal.


Notre conversation s'éternise, tant elle est prenante. Durant deux petits intermèdes, j'ai l'occasion de saluer deux anciens de la Sabena, rencontré au sein de la bibliothèque de la Section Air & Espace. L'un d'entre - eux, qui était pilote, me dit que son frère ( le dessinateur Gérard Lemaire ) se trouve dans la zone d'exposition de la Sabena.

Après avoir transmis mes coordonnées, l'adresse de mon blog et celle du site " What Price Glory ", nous devons prendre congé les uns des autres. A l'extérieur de la cafétaria, nous avons l'impression de nous trouver au beau milieu de l'Antarctique!!! Afin de terminer la soirée en beauté, je demande à Martine et Mario si nous pouvons prendre des photos devant l'un des deux Spitfires. Estimant que le Mk IX est plus attrayant ( puisqu'il porte les cocardes de la R.A.F. ), nous nous rendons devant celui - ci.

Les piles de l'appareil - photo numérique de Martine sont, quasiment, déchargées. Après quelques manipulations infructueuses, j'ai, soudain, l'idée de lui prêter les piles de mon appareil ( quelle vivacité d'esprit )! La séance photo se déroule sans problème. Nous nous quittons, en espérant nous revoir prochainement.

Retournant chercher mes affaires, je suis interpeller par un membre de la sécurité. Ce dernier exige que je me dépêche de vider les lieux, vu que le Musée va fermer ses portes. Très consciencieusement, je me change et range mes affaires, en vérifiant que je n'ai rien oublié. Avant de quitter les lieux, je vais saluer Luc Liévin, s'affairant à ranger le matériel. Ce dernier me remercie de ma venue.

A l'extérieur, il neige abondamment. Quel bonheur! Je pars heureux et satisfait.


Voici des adresses de sites intéressants, concernant cette publication et la nocturne :



P.S. : Je remercie Stéphanie Rzad et Yves Duwelz pour m'avoir envoyé leurs photos. Je remercie Luc Liévin et Michele Moscatelli pour leur travail, afin que la nocturne se déroule sans le moindre accroc. Pour terminer, je remercie, un bon millier de fois, Eric Dessouroux. Merci infiniment d'avoir accepté de me prendre en photo, avec " La huitième merveille du monde ".

1 commentaire:

  1. Woaw ! Quelle aventure ! Il est vraiment sympa ce musée !
    Un jour j'irai le voir !!!!
    Have a nice day,
    Thibaud

    RépondreSupprimer